Satisfaction

Publié le par Yentl

Dans la série ''on n'égratigne jamais tant que ce qu'on aime",
(va vraiment falloir que je commence une analyse un de ces 4)

Mille pardons aux inconditionnels mais je ne pouvais pas la louper
celle-là,
puisque depuis mai 1965, elle est devenue une chanson emblématique.

Avouez que toutes générations confondues, on ne peut rester indifférent à cette chanson.
Impossible de rester sans bouger quand on l'écoute, essayons...

Hé hé, j'vous vois avancer le menton en mesure ! 

Voici donc la traduction de Satisfaction des Rolling Stones.
Lisez plutôt... paroles symboliques (¿) Oui, d'accord, allez !

Satisfaction

 

[Chorus] 

[Refrain]

I can't get no satisfaction

Je ne peux trouver aucune satisfaction

I can't get no satisfaction

Je ne peux trouver aucune satisfaction

'Cause I try and I try and I try and I try 

Car je tente et je tente et je tente et je tente

I can't get no, I can't get no 

Je ne peux en trouver aucune (bis)

When I'm drivin' in my car

Quand je suis au volant de ma voiture

And that man comes on the radio

Et que cet homme s'amène à la radio

He's tellin' me more and more 

Il me parle en long et en large

About some useless information

De quelque information inutile

Supposed to fire my imagination 

Censée enflammer mon imagination

I can't get no, oh no no no 

Je ne peux en trouver aucune, oh non non non

Hey hey hey, that's what I say

Hey hey hey, c'est ce que j'ai à dire

[Chorus] 

[Refrain]

When I'm watchin' my TV

Quand je regarde la télé

And that man comes on to tell me  

Et que cet homme vient pour me dire

How white my shirts can be   

Comment mes chemises peuvent être blanches

But he can't be a man 'cause he doesn't smoke

Mais il ne peut être un homme car il ne fume pas

The same cigarettes as me   

Les mêmes cigarettes que moi

I can't get no, oh no no no   

Je ne peux en trouver aucune, oh non non non

Hey hey hey, that's what I say   

Hey hey hey, c'est ce que j'ai à dire

[Chorus]   

[Refrain]

When I'm ridin' round the world   

Quand je voyage autour du monde

And I'm doin' this and I'm signing that   

Et que je fais ceci et que je signe cela

And I'm tryin' to make some girl   

Et que j'essaie de me faire une fille

Who tells me baby better

Qui me dit bébé tu ferais mieux

Come back later next week   

De revenir la semaine prochaine

'Cause you see I'm on losing streak   

Car tu vois je suis dans ma période de déveine

I can't get no, oh no no no   

Je ne peux en trouver aucune, oh non non non

Hey hey hey, that's what I say   

Hey hey hey, c'est ce que j'ai à dire

I can't get no, I can't get no   

Je ne peux en trouver aucune (bis)

I can't get no satisfaction   

Je ne peux trouver aucune satisfaction

No satisfaction, no satisfaction

Aucune satisfaction, aucune satisfaction

No satisfaction, no satisfaction

Aucune satisfaction, aucune satisfaction

 

 


Ne me jetez pas de... pierres qui roulent... svp

Bye

Publié dans Musicalité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
alors celle là aussi, la traduction vaut le détour!!!! ça me console de ne pas assez comprendre l'anglais pour savoir ce qu'il disent....mes chéris, c'est Art et Garfunkel, j'ai toujours pensé qu'ils disaient des choses intelligentes...je serais peut-etre déçue. gros bisous. cathy
Répondre
Y

T'inquiète ! Pour Simon & Garfunkel, je pense qu'il n'y a rien à craindre...
Chez eux, c'est tout bon, paroles et musique.
Bisous - Yentl


A
J'ai entendu, écouté, bougé au son de ces paroles rythmées. Pourquoi avons-nous lâché prise ?
Répondre
Y

Si on a laché prise, on a encore quelques sursauts salutaires, non ?
Bisous - Yentl


J
Connaissant le phénomène, Mike jagger est un personnage à la vie privée tumultueuse !... concernant la chanson, enregistrée le 11 mai 1965 alors que le groupe est en tournée aux États-Unis, " I Cant Get No Satisfaction " figure au panthéon de la pop music comme la chanson emblématique d'une génération. En dépassant leurs influences majeures, le blues et la soul américaine, les Rolling Stones enfantent d'une sorte de mètre étalon du rock moderne et font ainsi prendre à leur carrière une dimension planétaire. Le riff de guitare, minimaliste et obsédant, fait référence au Dancing In The Street de Martha et the Vandellas. Cette signature sonore agressive, au faible ambitus, est jouée par une guitare électrique au son saturé, un timbre nouveau pour l'époque. D'abord sortie en 45-tours aux États-Unis, la chanson, dont la phrase-slogan est empruntée à Chuck Berry, est intégrée à l'album Out Of Our Heads (juillet 1965). Les raisons de l'énorme succès de cet hymne distordu ? Certainement le pouvoir de séduction d'une musique répétitive et de paroles à la portée symbolique, l'interprétation haletante de Mick Jagger, qui reste au service de son texte fédérateur, l'efficacité de l'arrangement rythmique, qui inclut une partie de batterie archétypale ; mais, surtout, ce blues sexuel et électrisé réussit si bien à traduire l'esprit du temps qu'il marquera définitivement l'imaginaire collectif...
En dehors de la scène, Mick Jagger accréditait son attitude en ayant une vie sexuelle assez importante et agitée. Mari et amant volage, il aurait eu des liaisons avec Chrissie Shrimpton, Pamela Des Barres, Marsha Hunt, Janice Dickinson, Carla Bruni, Carly Simon, Sophie Dahl, Marianne Faithfull, Linda Ronstadt, Madonna entre autres. Certaines rumeurs laissèrent entendre qu'il eut aussi des relations homosexuelles notamment avec David Bowie, Rudolf Noureev ou Andy Warhol. La plupart de ces rumeurs ne sont cependant pas fondées.

A partir de 1965 et jusqu'en 1970, il aura une liaison tumultueuse avec Marianne Faithfull sur fond de drogues. Marianne et Mick seront même arrêtés en 1967 avec Keith Richards à Redlands, dans la maison de Keith, en possession de cannabis. L'influence de Marianne Faithfull, très cultivée, va se faire sentir sur les textes de Mick pendant leur relation. Elle va lui permettre de s'ouvrir aux arts et à la littérature. C'est elle qui lui présente le livre Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov, qui va lui servir à écrire Sympathy for The Devil. Elle inspirera aussi Mick sur les chansons Sister Morphine et Wild Horses.

Après leur relation, Mick va connaître à partir des années 1970, un intérêt croissant pour la Jet Set et la grande bourgeoisie britannique. En 1971, son mariage avec Bianca Pérez Mora-Macias à Saint-Tropez, France, convie une multitude de stars et est très médiatisé. Le couple, qui a l'habitude de parler français entre eux, se fait remarquer jusqu'au début des années 1980 dans les soirées mondaines et très « jet set. » Il divorcera de Bianca en 1980, après que Mick l'eut trompée avec Jerry Hall. Mick et Jerry se marieront en 1990, mais ce mariage sera annulé en 1999, après que Mick l'eut aussi trompée avec Luciana Gimenez Morad.

Mari volage, Mick Jagger a eu sept enfants:

Karis Jagger, née en 1970, d'une liaison avec Marsha Hunt
Jade Jagger, née en 1971, avec Bianca Jagger
Elizabeth (née en 1984), James (né en 1985), Georgia (née en 1992) et Gabriel (né en 1999) avec Jerry Hall
Lucas Morad-Jagger (né en 1999) avec Luciana Gimenez.

Pour quelqu'un qui n'a pas trouvé de satisfaction, j'espère qu'il tente encore et encore et encore ...sinon quelle déveine pour lui ...
Tu es quand même formidable de dénicher des textes sans grande valeur mais sur une musique hors normes...
J'ai fait un peu long mais ton article valait le peine d'être commenté correctement...
Répondre
Y

Waouh, ton commentaire vaut un article à lui tout seul (tu ne serais pas prof par hasard ?)
Ce n'est surtout pas une critique, on pourrait envisager un jour de publier le même article sur nos blogs respectifs, on l'écrirait à 4 mains, je lance une idée et tu la développes...
Propostion à creuser non?
Bye - Yentl